Angleterre
Régimes durables & Nutrition

Interdiction des publicités pour la junk food

Collectivité

Mairie de Londres

< retour aux initiatives

Le Contexte

L'obésité infantile est un problème majeur des politiques de santé londonienne. Pour le maire de la ville, c'est une vraie "bombe à retardement". Le rapport de CancerResarch UK publié en 2018 a mis en évidence le lien entre la consommation de junk-food et l'augmentation de maladies cardiovasculaires. Afin de lutter contre ce fléau, plusieurs mesures ont été prises par la Ville afin de sensibiliser sur les conséquences de la malbouffe.

Le Projet

La mairie de Londres a décidé de prendre un certain nombre de mesures afin de limiter et réduire le nombre d'enfants en situation d'obésité ou de surpoids. Ces décisions ont été prises par le maire de Londres, Sadiq Khan dans le cadre d'un nouveau projet d'urbanisme intitulé "London Plan". Les mesures ont été appliquées à partir de mai 2018 pour la première et de décembre 2019 pour la seconde. Le maire a ainsi annoncé: 

  • L’Interdiction de la publicité pour la junk food dans le réseau de métro et de bus de la ville. Cette interdiction concerne les affiches promouvant des aliments trop caloriques, pauvre nutritionnellement, contenant beaucoup de matières grasses, de sel et de sucre.

  • L’Interdiction pour les fast-foods de s'installer à moins de 400 mètres d'un établissement scolaire. Elle ne concerne pas les commerces déjà installés. Le but est de proposer, dans les années à venir, de nouvelles enseignes de restauration à emporter (type fish and chips, pizza ou poulet). Ces alternatives devront être plus saines comme en grillant ou rôtissant la viande au lieu de la frire, et en utilisant moins de sel. Ces restaurants, afin de s'implanter, devront signer un accord en ce sens avec la mairie en échange d’une autorisation d’ouverture.

Ces mesures souhaitent viser en priorité les enfants âgés de 10 à 15 ans (niveau collège) mais l'objectif est aussi de sensibiliser l'ensemble de la population à ce nouveau fléau.

Les partenaires et les financeurs de ce plan de lutte contre l’obésité sont la Mairie de Londres ainsi que le gouvernement britannique.

Les mesures sont encore trop récentes pour pouvoir évaluer sur le long terme leur impact sur la baisse de l'obésité infantile. Une étude sera réalisée en 2028, soit dix ans après la mise en application, afin d'observer les résultats. Par ailleurs, la Grande-Bretagne possède les règles les plus strictes au monde concernant la publicité pour des aliments contenant beaucoup de matières grasses, de sel et de sucre.

Le Petit Plus

D'autres mesures ont déjà été prises à Londres ces dernières années pour lutter contre l'obésité infantile comme en 2016, avec une taxe sur les boissons sucrées et les sodas ou encore en 2020, interdiction des publicités pour la malbouffe avant 21 heures. De plus, en 2022, il sera interdit de placer des aliments riches en calories aux caisses ou à l’entrée des magasins.

Sources:

Le maire de Londres veut chasser des transports en commun les publicités pour la "malbouffe" (francetvinfo.fr)
London's Child Obesity Taskforce | London City Hall

Cette fiche initiative a été rédigée par Maëlys Valgalier, stagiaire LFC - mars 2021

Dernière modification : 31 Mar 2021.

Mairie de Londres

Unit 8 151 Queensway W2 4YN London

Londres a voté l'interdiction des publicités de junk food dans le métro ainsi que l'interdiction de s'installer à moins de 400 mètres d'une école. Ces deux mesures s'inscrivent dans le cadre d'un nouveau projet d'urbanisme intitulé "London Plan" (2018-2023). Le coût de ce plan s'élève à 11 millions d'euros. Ces décrets visent à limiter et à réduire le nombre d'enfants en situation d'obésité ou de surpoids.

Contact

Mairie de Londres
courriel mayor@london.gov.uk 44 20 7983 4000